Nouvelle charge contre Hama : Lumana défend son leader

0
109

Le Bureau politique national du Moden Fa Lumana a rendu publique une déclaration 24 mai 2019 à son siège national à Niamey. Le parti de l’opposant Hama Amadou réagissait à un communiqué de presse accusateur du Ministre de la Défense nationale Kalla Moutari.

Dans ledit communiqué, le ministre dit avoir instruit le procureur de la République pour poursuivre Hama Amadou.

Les propos incriminés seraient liés à l’attaque meurtrière du 14 mai 2019 contre l’armée nigérienne, à Baley Béri, près de Tongo-Tongo, Région de Tillabéry.

Le ministre accuse le chef de file de l’opposition d’avoir tenu de « propos diffamatoires de nature à porter atteinte au moral et à la cohésion des Forces de défense et de sécurité (…) en temps de guerre ».

Pour le Moden Fa Lumana, il s’agit-là d’une autre « machination du pouvoir de Mahamadou Issoufou » en « manque de solutions » face à des « problèmes qu’il a lui-même créées », soutient le parti de Hama.

Et le Moden Fa de penser que le régime est à la recherche d’un « bouc émissaire par des maladroites techniques de diversions », en portant une telle accusation sur leur leader.

Il rappelle dans sa déclaration que de propos fâcheux largement diffusés sur les réseaux sociaux, attribués à des personnalités du régime.

Le parti de Hama soutient que lesdits propos sont sont de nature à porter atteinte au moral et à la cohésion des forces de défense et de sécurité.

Néanmoins, leurs auteurs n’ont jamais été « inquiétés », soutient le Moden Fa Lumana.

Niant en bloc l’accusation du ministre Kalla Moutari, le Moden Fa Lumana déclare que « Hama Amadou est dans son rôle de leader ».

Il estime de ce fait, que celui-ci ne doit pas se taire face à ce qu’il qualifie de « tragédie », faisant allusion aux incessantes terroristes.

Hama Amadou vit en exile depuis 2013 à Paris en France. Après un séjour de plus de deux ans, il décida de rentrer au Niger en novembre 2015 en vue de se présenter à l’élection présidentielle de février 2016.

Son rêve de principal challenger du Président Issoufou, va tourner en cauchemar.

Celui-ci va être privé de sa liberté et mis en détention préventive le jour même de son retour à Niamey. Aucune chance ne lui a été laissée pour battre campagne.

Cependant, il réussit à passer au second tour de ladite élection. Hama Amadou ne parvint pas à battre campagne, même du haut de son rang de deuxième derrière Issoufou Mahamadou.

Par contre, il va bénéficier d’une évacuation sanitaire sur Paris pour de raisons humanitaires, avait-on argué à l’époque à la veille d’une élection perdue d’avance.

Depuis lors, le président du moden Fa Lumana, suit l’actualité et anime son parti de l’extérieur.

Se donnant parfois la liberté d’organiser des réunions et meetings dans certaines villes de la sous-région et même jusque dans les villes de l’Europe.

La nouvelle plainte qui le vise désormais, si l’on en croit ce communiqué du ministre de la défense, intervient à un moment où Hama Amadou annonce son probable retour au Niger.

Il espère de nouveau briguer la magistrature suprême en 2021 pour une troisième fois. Un rêve qui pourra être contrarié si la plainte du ministre devait prospérer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici